Header image  
L'art contemporain s'expose au jardin
 
    ACCUEIL
 
  BIOGRAPHIE

Industriel et homme d’affaires franco-suisse. Naissance le 8 mars 1882 à Sainte-Croix-aux-Mines en Alsace. Ses parents étaient de nationalité suisse. Il devint français en 1921. Il appartenait à une famille d'industriels de tabacs et cigarettes de Sainte-Croix-aux-Mines, installée en Alsace puis en Suisse au début du 19e siècle et qui avait créé la manufacture FJ Burrus. Maurice Burrus fit ses études à Dôle, puis au collège Stanislas à Paris. Bachelier ; il partit pour Hanovre en vue de s'initier à la langue allemande et à la pratique bancaire. Revenu à Sainte Croix-aux-Mines, il prit la direction de la Manufacture familiale des tabacs .

Il accomplit plusieurs voyages en Asie mineure, au Canada et aux États-Unis pour effectuer les approvisionnements en tabacs. Grand collectionneur, il possédait une des plus grandes collections de timbres au monde.

Après la guerre de 14-18, il devint Président des Proscrits d’Alsace. Député du Haut-Rhin avant la Seconde Guerre Mondiale, il fut élu successivement en 1932 et 1936. Durant l’entre-deux-guerres, il dirigea la Banque du Rhin puis il fut à l’origine de la fondation de la société de capitalisation Esca à Strasbourg en 1923. Il conduisit la présidence de cette société jusqu’en 1959. Il s’impliqua également en 1924 dans la mise en valeur de domaines miniers et forestiers, notamment un vaste domaine en forêt de Saoû dans la Drôme.
Passionné d’archéologie, Il s'installa en 1925 à Vaison-la-Romaine (Vaucluse) ou il finança pendant 20 ans, un vaste projet de restauration des vestiges antiques. Grâce à lui le théâtre fut complètement restauré et aménagé, les vestiges dégagés furent consolidés, restaurés et valorisés ; des aménagements de jardins embellirent les lieux ouverts au public.

Outre les restaurations des vestiges, l’apport de Maurice Burrus fut immense : donations de terrains et d’une maison à la ville, importantes subventions pour la conduite des fouilles. Il fut déclaré citoyen d’honneur de la Ville de Vaison-la-Romaine en 1932. Ses projets de restauration l’ont conduit également à Avenches en Suisse après la Seconde guerre mondiale. (reconstruction partielle des gradins de l’amphithéâtre). Décédé à Genève, le 6 décembre 1959, à l’âge de 77 ans.

Philippe Turrel
Président de Belisama Archéologie

 

 

MECENAT

La notoriété et l'étendue des sites antiques de Vaison-la-Romaine s'expliquent par l'investissement d'importants moyens financiers privés, aux côtés de subsides publics dès 1925. Le mécénat de Maurice Burrus a été possible grâce à la conjonction de découvertes archéologiques, de conditions et de rencontres favorables.

Rappelons tout d'abord les travaux dirigés à partir de 1907 au théâtre, par Joseph Sautel, avec la mise au jour d'un ensemble de statues impériales. Ensuite, l'engouement général des maires de Vaison-la-Romaine (Paul Buffaven, puis Ulysse Fabre) et d'une partie de la population qui a conduit la commune à acheter le grand domaine de Puymin (1915) et à étroitement collaborer avec l'architecte des Monuments Historiques, Jules Formigé. Enfin, les possibilités d'extension sur des terrains libres de la commune et sur du foncier privé, qu'il était possible d'acquérir, ont également favorisé le choix de Maurice Burrus (fin 1923) de financer les travaux vaisonnais.

Les sites ont ainsi été mis en valeur, une première fois, de 1925 à 1942. L'archéologue dirigeait les fouilles du théâtre, tandis que le mécène et l’architecte, géraient les autres chantiers. Les lieux tels qu'ils sont présentés aujourd'hui laissent planer quelques interrogations ; cependant on retiendra la prise en compte de préoccupations liées à la conservation et à la restauration des éléments d’architecture : extraction des matériaux à proximité des carrières antiques, liaison des moellons au mortier de chaux (à l'exception de quelques secteurs au ciment), remise en fonction de caniveaux et d'égouts, pose de mosaïques sur dalles béton, construction d'abris pour enduits peints et sols (malheureusement en nombre insuffisant).
Une autre préoccupation était de rendre les sites compréhensibles au grand public à travers une mise en valeur réfléchie : ainsi des colonnes ont complété des portiques, des végétaux ont agrémenté les cours et les jardins et de petits cartels ont informé le public.
Notons que si l'on regrette le manque d'analyse et surtout de relevés avant l'engagement des restaurations, les réalisations de cette période ont définitivement donné leur physionomie et leur attrait aux sites vaisonnais et n'excluent pas la reprise de recherches pour les structures antérieures au Ier siècle après J.-C.

Les fouilles suivantes, plus scientifiques, n'ont pas bénéficié des mêmes financements pour être mises en valeur. Certaines ont été recouvertes dans un souci de préservation (nord cathédrale, nord Villasse), d’autres demeurent en attente d'intervention (thermes du nord, Maison du Paon). Quant aux 7 hectares ouverts au public, ils nécessitent un entretien permanent. Ainsi, 70 ans après les grands travaux sur le théâtre, les financements conjoints entre Etat, Région, Département et Ville de Vaison-la-Romaine, du Plan Patrimoine Antique (2005 à 2009), ont rendu possible la restauration de l'édifice et sa mise aux normes d'accueil du public en configuration de spectacles. La volonté politique est forte mais les montages financiers sont difficiles et l'apport du mécénat sera certainement de plus en plus nécessaire pour entreprendre de grands projets.

Christine Bezin
Responsable du Service du Patrimoine de Vaison-la-Romaine.
Conservatrice du musée archéologique Théo Desplans.

 

 

Bibliographie sur Maurice Burrus:
-Philippe Turrel, Le Secret des Burrus, Imprimex Dolfin, 2003,
ISBN 2-91084-906-6.

-Mécènes, les bâtisseurs du patrimoine, Editions Chaman et Fondation
Pierre Gianadda.2012. Coordination éditorial de Philippe Turrel ISBN 978-2-
9700682-1-1 ISBN 978-2-88443-138-5

-Vaison antique, découvertes archéologiques récentes, coordination éditoriale
de Xavier Delestre et David Lavergne. Article page 25-28, aux origines de
la protection du patrimoine archéologique, l'exemple du théâtre pr Philippe
Turrel. 2012.ISBN 978-2-87772-478-4

-Véronique Velcin, Maurice Burrus, un homme de son siècle, mémoire de
maîtrise de l'U.F.R. de Strasbourg, 1991.

-Agnès Henrichs, Maurice Burrus, candidat aux élections de 1936, Société
d'Histoire du Val de Lièpvre, 2007, pages 95-97